Musée Dauphinois à Grenoble

Devis Gratuit/Contact

Musée Dauphinois de Grenoble

Le musée Dauphinois  situé à Grenoble, est un musée ethnographique, archéologique, historique et social couvrant le territoire de l’ancienne province française de Dauphine. Le bâtiment est situé dans la partie haute du quartier Saint-Laurent, il est classé monument historique et porte le label «Musée français» et a participé à la Nuit européenne des musées.

Le site officiel : https://musees.isere.fr/musee/musee-dauphinois

Il a été créé en 1906 comme troisième musée de Grenoble. Le musée Dafinova fusionnera deux bâtiments historiques du XVIIe siècle, l’ancienne église Sainte-Marie, et en 1968 l’ancienne église Sainte-Marie sera transformée en monument historique. Sa salle d’expositions temporaires permet d’organiser chaque année diverses expositions, ce qui en fait un centre important de la vie culturelle à Grenoble. L’un d’eux a des liens avec l’Égypte ancienne, ce qui a permis au musée de franchir la barre des 100000 visiteurs en 2004.

Historique du musée dauphinois ! 

C’est dans un article sur La Dépêche dauphinoise du 13 octobre 1905 que les grenoblois apprennent qu’un comité chargé d’étudier la création d’un musée historique pour la ville de Grenoble vient d’être créé. Le 27 janvier 1906, l’architecte municipal soumet un rapport au maire Charles Rivail concernant le développement de l’église Sainte-Marie de l’Ambassade en vue de créer un musée démographique. Le 14 décembre de la même année, le comité consultatif était composé de 12 membres, et l’un de ses membres, l’ethnographe Hippolyte Müller, a été nommé premier conservateur du musée.

Un site qui vous aidera : https://www.museemusee.com/musees/241-musee-dauphinois-grenoble.html

Le 25 mars 1907, le comité choisit le nom du musée Dauphinois (Musée Dauphinois) sur le terrain de l’un de ses membres, l’archiviste Auguste Prudhomme (Auguste Prudhomme). Divers détails du fonctionnement et de l’organisation du musée sont déterminés par sa nature de paiement. . L’année suivante, la délibération du Conseil municipal du 13 avril 1908 approuvée par le décret présidentiel du 6 avril 1910, signa le décret Amon Fayeres dans son premier article, approuvant l’ouverture du budget de la ville de Grenoble Soutenir un crédit temporaire de 4 800 francs pour la rénovation et l’installation de musées.

Le monastère au centre de l’attention

À l’origine, c’était le monastère du groupe de visiteurs, qui a été construit dans l’atmosphère religieuse de la contre-réforme au 17ème siècle. Il s’agit d’une église dédiée aux femmes, fondée en 1610 par François de Sales et Jeanne de Chantal à Grenoble. Ils ont construit leur quatrième maison et l’ont baptisée Abbaye Sainte-Marie-d’en-Haut.

Le duc de Ledigiers vient d’achever la fortification de la Bastille sur la rive droite de l’Isère il y a trois mois La première pierre du monastère a été posée sur ce coteau le 21 octobre 1619. L’évêque français Alphonse de la Croix de Chevrier, que le prince héritier Voi a épousé, et la jeune française Christina étaient présents. Le projet se poursuivra jusqu’à l’automne 1621, le long de la Montée Chalemont. A cette époque, une petite route menant aux rochers de la rivière Chermont, la route d’ascension de Chalemont, qui était autrefois une ancienne voie romaine, s’était arrêtée pendant deux siècles et est devenue l’entrée historique de la ville. En 1620, la Porte de France est reconstruite.

Les jardins de ce musée de Grenoble

Le jardin du cloître représente un jardin du XVIIe siècle avec des haies de buis disposées autour de quatre pelouses. En son centre se trouve une journée aux multiples facettes, qui remonte à 1793 mais a été installée en 1968 lors de l’installation du musée. Une autre voûte, le soleil, est affichée sous l’arc, l’arc est sculpté de pierres, reflétant le ciel inversé douze heures par jour du lever au coucher du soleil. Cette journée d environ 80 cm de haut a été temporairement transférée au musée lors de l’exposition Iser day di 2014.

Un autre objet de la vie quotidienne est exposé, un instrument de mesure en pierre de Voreppe, qui a été placé dans la ville par l’Association comptable du Dauphiné en 1471 pour contrôler les outils de mesure utilisés. Le cimetière est également recouvert de pierres tombales. Les pierres tombales sont gravées avec les pierres tombales gallo-romaines de Coluro. Les pierres tombales proviennent également du premier musée archéologique établi à Grenoble en 1853.

À l’est du musée, plusieurs jardins en terrasse s’étendent le long de Montée de Chalemont. Ces jardins étaient auparavant plantés de vignes et de potagers, et permettent désormais aux visiteurs de profiter d’une vue panoramique extraordinaire à environ 30 mètres au-dessus de la vieille ville. Le 5 juillet 2013, le musée a présenté une rose dans le jardin pour commémorer l’historien et résistant Ross Varand. Depuis le 3 novembre 1965, ces terrasses et le bâtiment du musée sont classés monuments historiques.

L’entrée du Musée archéologique est gratuite.

Adresse :

30 Rue Maurice Gignoux

38000 Grenoble

 

Numéro : +33 4 57 58 89 01

 

Par BD Toiture

Notre précédent article sur le musée archéologique.